Pourquoi utiliser TOR quand on est honnête et qu’on a rien à cacher?

tor-logoAlors que la version 6 du navigateur anonyme TOR vient de sortir, je voulais vous inciter à utiliser ce navigateur à l’aura sulfureuse. Pourquoi utiliser le navigateur des hackers et des contrebandiers quand on est honnête ?

La réponse tient en une phrase :

Parce que les autres ne le sont pas.

Sans doute avez-vous remarqué que si vous recherchez par exemple une batterie et qu’ensuite vous allez sur Amazon ou sur Facebook, vous voyez apparaître des publicités pour des batteries, même si vous ne vous êtes à aucun moment identifié.

La technologie qui est derrière consiste à réaliser une empreinte de votre environnement de travail, généralement en insérant une image cachée dans la page que vous voyez. Cette empreinte est constituée d’un marqueur composite qui comprend des informations variées telles que votre IP, la taille de l’écran, les caractéristiques des plug-ins… C’est la technique du fingerprinting. Celle qui est décrite dans Wikipedia est élémentaire, mais imaginez ce que les équipes de génie de Google et de Amazon savent faire. Certes, qu’Amazon sache que vous cherchez une batterie est anodin. Sauf que les algorithmes permettent aussi de profiler votre capacité d’achat. Ainsi, amusez-vous à configurer une machine virtuelle de pauvre (genre Windows XP avec un écran de 1024, connecté au web via un VPN situé en Tunisie).. Vous verrez immédiatement que les billets d’avion et les hôtels vous seront proposés beaucoup moins chers (j’ai fait l’expérience avec une réservation d’hôtel à Tunis: 50% moins cher en jouant les pauvres).

Encore moins drôle. Imaginons que dans votre activité de recherche vous soyez amené à vous intéresser aux psychotropes (je fais actuellement une analyse d’opportunité sur les neurotechnologies). Eh bien si je passe par mon navigateur classique, le monde entier des marchands (et je ne parle pas des services officiels) est au courant, et l’idée que faire ce genre de recherches est mon métier ne va pas forcément être leur idée première.

En fait, avec des techniques simples et beaucoup de croisements d’informations il est facile de savoir votre sexe, votre sexualité, vos opinions politiques, et l’essentiel de votre avenir si on sait corréler statistiquement tout ça en utilisant les fabuleux réseaux de neurones profonds. Ainsi, si vous allez sur un site chercher une information sur une batterie et qu’ensuite vous vous loggez sur Facebook, il est facile d’associer votre envie de batterie à une photo et à un groupe d’amis.

Quelques techniques simples et honnêtes pour pincer le nez de ceux qui aiment à regarder par-dessus votre épaule:

Tout cela n’est pas une protection universelle, mais cela aide. Pour citer Etienne de la Boétie :

Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres.Etienne de la Boétie

Télécharger cet article au format PDF ou ePub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.