Industrie 4.0 ou 3.1 ?

L’industrie 4.0 est un concept qui occupe les cerveaux allemands – et quelques cerveaux français en manque d’originalité – mais est-il exact? Est-ce vraiment le bon numéro de version pour cette nouvelle révolution industrielle?

Le terme « industrie 4.0 » , très utilisé outre-rhin, provient d’un livre intitulé « The Fourth Industrial Revolution » du fondateur du célèbre forum économique de Davos (Klaus Schwab). Or, une révolution industrielle se définit par l’apparition d’une nouvelle énergie et d’une nouvelle technologie de communication. Revenons sur les trois premières

Dates Energie Communication schéma de production Opérateur
1ère 18e-19e siècle Machine à vapeur (Watt) rotatives entrainées par les machine=>Journaux à grand tirage linéaire Scalaire
2ème 1871-1914 Electricité (Edison) Teléphone-Télégraphe-Télévision… arborescent (système) Matrice
3ème 1990 Energies en réseau-smart grids-hydrogène-peut être bientôt fusion nucléaire Web (Tim Berners-Lee), internet-réseaux sociaux-P2P-IA graphes et réseaux Tenseur

Selon Schwab,les Nano-bio-info-cogno technologies, les IA, les robots formerait une quatrième étape. Selon Luc Ferry, cette théorie est contestable car il n’y a pas là de nouveauté si ce n’est le renforcement du « tout-en-réseau » de la troisième révolution industrielle. Par ailleurs, l’échelle de temps de celles-ci correspond plutôt au siècle qu’à la décennie.

Une révolution originale

Toutefois, cette nouvelle révolution industrielle demeure originale, et se rapproche peut-être plus d’un renaissance que d’une itération autour de l’industrie. En effet, contrairement aux deux premières, et comme celle de la Renaissance italienne, elle est le produit de l’intelligence – alors le livre imprimé, aujourd’hui le web- plutôt que de l’énergie.  La qualification de troisième révolution industrielle est acquise, dans la mesure où l’énergie distribuée (smartgrids) qui s’appuie sur les technologies de réseau finalement assez proches du protocole http est déjà en soi une source de développement. D’après notre veille, le bouillonnement actuel autour des réacteurs à fusion compact, de la taille d’un camion et pouvant alimenter une ville de 100000 habitants, pourraient toutefois fortement changer la donne, en fournissant une énergie à cette troisième révolution industrielle, et cela à très court terme (5 à 10 ans).

Un avenir en « filet d’Indra »

Indra est un dieu védique. Au XIIIème siècle, les philosophes imaginent, pour illustrer la nature de l’univers selon le point de vue non-dualiste, le filet d’Indra. Ce filet possède, sur chaque noeud de son réseau une perle ou un joyau qui reflète l’intégralité de tous les autres. Le cloud, blockchain, le protocole TCP/IP, Wikipedia, le cerveau humain vu par les neurosciences, les réseaux de tenseurs des intelligences artificielles,  sont aujourd’hui de plus en plus proches de cette antique définition puisque le réseau fut même conçu pour résister à l’amputation d’une de ses parties.

Nous pouvons donc avancer une révolution industrielle 3.1 plutôt qu’une version  4.0, à moins que ne nous viennent par surprise une innovation de rupture dans le domaine de l’énergie, que les derniers travaux de Lockheed Martin semble indiquer…Suspens.

Télécharger cet article au format PDF ou ePub