La recherche publique est-elle dépassée?

Counselling / Pixabay

Tandis que l’équipe universitaire qui développait Theano, une librairie d’intelligence artificielle, vient de jeter l’éponge, alors que le rapport Villani constate le retard de nos chercheurs en IA comme dans d’autres domaines clefs de la troisième révolution industrielle (robotique, génomique, neurosciences…), peut-on se demander sans susciter l’effroi si notre recherche publique ne serait pas une de ces institutions dépassées qui succombe au monde nouveau?

Dear users and developers,After almost ten years of development, we have the regret to announce
that we will put an end to our Theano development after the 1.0 release,
which is due in the next few weeks. We will continue minimal maintenance
to keep it working for one year, but we will stop actively implementing
new features. Theano will continue to be available afterwards, as per
our engagement towards open source software, but MILA does not commit to
spend time on maintenance or support after that time frame.The software ecosystem supporting deep learning research has been
evolving quickly, and has now reached a healthy state: open-source
software is the norm; a variety of frameworks are available, satisfying
needs spanning from exploring novel ideas to deploying them into
production; and strong industrial players are backing different software
stacks in a stimulating competition.We are proud that most of the innovations Theano introduced across the
years have now been adopted and perfected by other frameworks. Being
able to express models as mathematical expressions, rewriting
computation graphs for better performance and memory usage, transparent
execution on GPU, higher-order automatic differentiation, for instance,
have all become mainstream ideas.In that context, we came to the conclusion that supporting Theano is no
longer the best way we can enable the emergence and application of novel
research ideas. Even with the increasing support of external
contributions from industry and academia, maintaining an older code base
and keeping up with competitors has come in the way of innovation.MILA is still committed to supporting researchers and enabling the
implementation and exploration of innovative (and sometimes wild)
research ideas, and we will keep working towards this goal through other
means, and making significant open source contributions to other projects.Thanks to all of you who for helping develop Theano, and making it
better by contributing bug reports, profiles, use cases, documentation,
and support.– Yoshua Bengio,
Head of MILA
28/09/2017 theano user group

La nouvelle n’a pas fait grand bruit. L’équipe brillante du MILA jette l’éponge dans un message reproduit ci-contre et arrête sa librairie d’intelligence artificielle devant la puissance de Tensorflow et de la communauté opensource. Ne nous y trompons pas, il s’agit d’une tendance de fond qui commence à se voir: les institutions de recherche publiques sont en concurrence avec les institutions de recherche privées, mais aussi avec un réseau d’amateurs éclairés (hackers) qui font des choses fantastiques, légères et adaptables. Et la guerre n’aura même pas eu lieu car personne ne s’en ai encore vraiment aperçu.

Le précurseur: l’astronomie

L’astronomie est une science à hobbyistes. Il existe tout un ensemble de clubs, de groupes qui pratiquent l’observation du ciel. Les cieux sont tellement vastes que les professionnels ne peuvent les observer en entier, tout le temps, et les collaborations entre les passionnés et les professionnels existent sur un mode constructif depuis des décénies. Pas de concurrence privée ici. Le ciel appartient à tout le monde et tout le monde peut apprendre l’astronomie s’il le souhaite. Pas de documents classifiés non plus.

Une tendance de fond à la Recherche hors-les murs

Le modèle de la recherche industrielle jusqu’à présent consistait en ce qu’une entreprise n’ayant pas les connaissances aille voir une institution de recherche (CNRS, Université) qui, moyennant temps et argent, se penchait sur son problème de manière secondaire. Secondaire oui, car l’objectif statutaire de l’institution est de publier et d’enseigner pas de résoudre le problème. Mais le monde a changé, sans prévenir l’ancien monde de ce changement.

Quand Netflix cherche un algorithme mathématique permettant de prédire les films qui seraient préférés par tel ou tel de ses abonnés, que fait-il? Il ne suit pas du tout ce processus.Il lance un Netflix Prize et propose à la communauté un ensemble de données de test. Et que le meilleur gagne, qu’il soit par ailleurs une grande institution de Recherche publique, une startup ou un génie dans un garage. Le 21 septembre 2009, le prix de un million de dollar est gagné par BellKor’s Pragmatic Chaos team, constituée de hackers, de chercheurs de l’entreprise AT&T…

Aujourd’hui le site Kaggle a industrialisé cette démarche de recherche compétitive. Nous pouvons résumer l’évolution de la recherche industrielle par le tableau suivant:

Recherche 2.0 Recherche 3.0
Participants Institutions de recherche publiques Elite passionnée quel que soit son niveau et son rattachement
Contrat Obligation de moyen Obligation de résultat
Source de financement contrat privé et subvention/dotation publique À terminaison (ce qui implique que les participants ont la capacité de s’autofinancer ou ont des mécènes)
Délivrable Publication Solution en conformité avec une spécification
Gouvernance par Diplômes/Qualification Compétences requises pour la tâche

Cette évolution touche en premier lieu les domaines de la IT, mais pas seulement:

  • les bio hacking labs entrent dans la compétition en génomique
  • Les 3D printers challengent les institutions de la mécanique
  • IoT Labs conçoivent des objets connectés

Et d’autres secteurs sont en cours de conquête: la chimie (avec la flow chemistry), la littérature (avec le NLP et le LSTM) …

Les chercheurs s’échappent-ils?

geralt / Pixabay

Dans le domaine de l’IA, beaucoup des meilleurs chercheurs travaillent dans le privé et sont français. Les institutions structurées de la recherche publique semblent faire moins envie. Dans certains domaines, pourquoi faire une thèse de trois ans alors qu’on peut s’amuser tout de suite en développant sa passion dans un projet d’entreprise? De la même manière que, dans les grandes entreprises, plus des deux tiers ont des programmes pour promouvoir la culture entrepreneuriale, les chercheurs aspirent à un peu plus de liberté qu’avant. La légèreté est devenue à la mode chez le cadre sup qui lorgne sur les startups. Il est possible que les chercheurs du public, de même, s’enfuient, du moins ceux qui le peuvent. J’en connais déjà plusieurs qui se sont « détachés » . Alors la Recherche publique est-elle dépassée? Peut-être, mais débordée sans doute, et de partout. Que restera-t-il dans dix ans de cette coûteuse distillation?

 

Télécharger cet article au format PDF ou ePub

Une réflexion au sujet de « La recherche publique est-elle dépassée? »

  • Ohhhh. Quel aveuglement: http://www.larevuedudigital.com/pdg-du-cnrs-inutile-de-vous-draper-dans-vos-connaissances-vous-serez-impacte-par-lintelligence-artificielle/

    « « Ce qui est intéressant c’est de voir à quel point cela va vite. Si en 2012, Serge Laroche, prix Nobel avait déclaré qu’il ne croyait pas à l’ordinateur quantique, on pense aujourd’hui que les premiers processeurs quantiques devraient ou pourraient arriver d’ici quelques dizaines d’années, c’est-à-dire dans 10 ans, 20 ans ou 30 ans. Cela remettrait en cause toutes les procédures de transmission de données. Mais c’est plus futuriste que l’intelligence artificielle » termine-t-il.

    Cela aura fait grimacer son voisin de gauche, Philippe Duluc, CTO Big Data et Security pour Atos qui travaille sur les logiciels pour ordinateurs quantiques. Il n’aura pas pu entamer le débat avec Antoine Petit qui a du partir après sa prise de parole. « Il y aura les premières applications pour ordinateurs quantiques dans 5 ans » pense Philippe Duluc. Et il souligne qu’BM notamment propose un système quantique à 15 Qbits. Pour autant, le spécialiste reconnaît que les difficultés sont encore nombreuses dans ce domaine. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.