Etat d’esprit critique

R&D médiation doit travailler en permanence avec des informations, des idées, des principes incertains, contradictoires, parfois manipulés voire falsifiés. Ceci nous a conduits à nous interroger sur notre propre attitude face à l’information et plus globalement à l’investigation. Dans cet article, qui résume des parties de notre référentiel métier, nous proposons un « état d’esprit critique » qui permet à chaque collaborateur de s’interroger et de s’évaluer au quotidien. Comment bien penser de travers?

L’état d’esprit critique, c’est celui du chercheur, de l’enquêteur, de l’investigateur. Il y a bien des occasions de se tromper et d’être trompé dans notre société de l’information. La plupart de ces points sont traités dans les deux articles de références AG210 et AG5210 publiés aux Editions techniques de l’Ingénieur. Voici quelques points à monitorer en auto-évaluation:

description Mitigation Pratique Cotation*
Six mois de travail peuvent vous éviter quatre heures à la bibliothèque Surveiller les informations nouvelles,les classer, les mettre en perspective est une activité bon marché qui peut éviter bien des activités inutiles. Si la veille est indispensable à tous, pour un professionel ne pas la faire relève de la faute professionnelle Zotero
Feedly
quotidienne ☐☐☐
Toutes les réponses sont dans les livres. Toutes les questions aussi Les entrepreneurs lisent entre 5 et 7 livres par mois aux USA. Une discipline de lecture permet de se forger une culture. Quand le temps manque, des lectures de wikipedia (au hasard ou pas) ou de getabstract permettent de se maintenir au niveau. Sans lecture, on décroche en 2 ou 3 mois. GetAbstract**
AmazonKindle
quotidienne ☐☐☐
Un avis sans référence est juste une opinion de plus Toutes les informations n’ont pas la même valeur. Seules celles ayant fait l’objet d’une « revue » méritent d’être utilisées comme base de réflexion. Le reste est intéressant à titre ethnologique. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de génie incompris, cela signifie seulement que c’est très rare RDM Scholar
Scholar
constante ☐☐☐
Toujours des rapports Il faut garder une trace de ses réflexions sous forme d’un cahier expérimental ou bien d’une trace informatique. On oublie vite et cela évite que des personnes sans vergogne s’approprient votre travail. Un horodatage certifié est également un élément de preuve pour la propriété de vos œuvres Voir art (RDM)
Cahier Curie
StandardNote
Github
en phase projet ☐☐☐
Ce qui semble évident ne l’est pas souvent Nous sommes tous sujets au biais de confirmation qui surestime les informations qui nous plaisent et sous-estime ce qui ne nous convient pas. Voir art (RDM) constante  ☐☐☐
C’est en croyant qu’on finit crédule Il faut interroger et connaître les personnes ou les institutions à qui vous faites « a priori » confiance et les remettre régulièrement en question. L’heure est à la manipulation et confiance n’exclut pas vérification Monitoring des
sources
qualifiées
tous les ans  ☐☐☐
Tous les modèles sont faux mais certains peuvent être utiles Une théorie, un principe, une loi sont toujours valables « dans certains cas »… Il est donc nécessaire d’expérimenter pour vérifier et tester les limites d’une idée DOE
ML InnovML
T0 projet  ☐☐☐
Partir c’est mourir un peu. Oui mais mourir c’est partir beaucoup Quand on a beaucoup travaillé sur une idée ou un projet l’abandonner est souvent un crève-cœur. Cela s’appelle la dissonance cognitive. Il faut fixer une limite au delà de laquelle une idée non prouvée doit être abandonnée PMT à TRL 3  ☐☐☐
Ne pas être unanimes contre la pensée unique L’unanimité ou même la majorité ne rend pas une idée ou un point de vue plus vrai mais la fait seulement populaire. Ce n’est qu’une fois documenté qu’il peut devenir vrai. Si tout le monde s’accorde sur une idée ou un principe il est probablement incomplet ou carrément faux. L’investigation est un processus dynamique dans lequel même les faits les plus anciennement acceptés peuvent et doivent être remis en question RDM Scholar
Scholar
à chaque jalon projet   ☐☐☐
Si tu ne sais pas faire quelque chose enseigne-le S’autoformer doit être plus important que se former. Particulièrement aujourd’hui où de multiples MOOCs et tutoriaux fleurissent. Le mieux pour apprendre est de décider de créer quelque chose puis d’acquérir les compétences pour le faire Plan
d’auto
formation
un ou deux auto-challenges par an   ☐☐☐
(*) Cochez de 1 à 3 (**) utiliser notre lien pour une réduction sur l’abonnement

Ces « attitudes culturelles » s’appliquent bien au delà de notre domaine d’activité et pourraient également bénéficier au citoyen et à beaucoup de domaines industriels.

Télécharger cet article au format PDF ou ePub

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.